Monument aux morts et victimes

    Monument

 

 Sur la place de l'église  se trouvait l'ancien cimetière , l'emplacement du monument  est significatif: c'est la seule place du bourg , il fait face à la route principale.

Le 16 Mai 1921 lors d'une session ordinaire, le conseil municipal a  décidé la souscription pour le monument aux morts de la commune. Lambert LABAT  est président du comité de ce monument aux morts.

Le 14 Juillet 1921 ont reçu commande par le comité: Mr MOLHER architecte, Mr JOSSANT statuaire  Mr LOREILLE entrepreneur. A cett occasion le trésorier Mr RANDIN remit une somme pour confirmation du marché.

Mr Mohler soumit au comité plusieurs dessins, aucun ne fut accepté. Le président propose alors de représenter une jeune femme offrant un rameau d'olivier au soldat victorieux  de retour du front, ce qui fut accepté , Mr Jossant sculpteur fit la maquette sous forme d'une stèle qui resta plusieurs semaines exposé à l'hôtel Randin.

Le comité refusa encore cette stèle, peu de temps après Mr Jossant décède.

Le sécrétaire Mr GUERAUD proposa  alors de représenter deux enfants du pays.

Mr CHAMPY , sculpteur en remplacement de Mr Jossant fit très rapidement une petite maquette que le comité accepta avec enthousiasme.

La statue représente deux blessés de guerre en référence à Marcel LABAT( fils du président) secourant un camarade  gravement blessé pendant la guerre; plus tard Marcel LABAT lui même sera  secouru  par un infirmier natif de Préveranges Mr MAREMBERT.

Le 3 juin 1925 Mr GUILLEN de Huriel  écrit au président Mr LABAT que la  grille qui entoure le monument est terminée, elle pèse environ 800kg et mesure 28,80m de long

Après de multiples contre-temps dûs à la moindre qualité de la pierre  et la mésentante entre artisans, comité, et municipalité le monument est enfin inauguré le 27 septembre 1925.

    *** Informations complémentaires fournies par la famille BOUVAT MARTIN qui souhaite rappeler toutefois que le monument représente Marcel LABAT en train de sauver un camarade, et non l'inverse, comme le mémoire  semble le dire, et comme la presse locale s'en était fait l'écho !

 Lambert LABAT, père de Marcel, président du comité, mais aussi plus gros contributeur pour l'érection du monument, avait souhaité que l'attitude héroïque de son fils (antérieure à son propre sauvetage par un camarade) soit immortalisée dans le monument.

 

                                                   EBAUCHE en platre du sculpteur Clotaire CHAMPY.

 

  Le samedi 14 novembre 2015 , le maire Fabrice Pigois et le conseil municipal avaient invité le président  et la vice présidente de la communauté de communes du Berry grand sud Jean luc Brahiti et Mireille Brunet ainsi que les habitants de Préveranges afin d'assister à la remise de l'ébauche du monument aux morts par le petit fils d'un décideur de l'époque Marius Guéraud.

Cette ébauche en platre représente un soldat valide bras levé, alors que sur  le monument actuel c'est le blessé qui léve un bras.

 Jean Pierre Guéraud, petit fils de Marius a été fait citoyen d'honneur de la commune.

Ebauche

 

Ce modèle intitulé l'Adieu , participa en 1923 au salon de la société des artistes Français (n° 3049 du catalogue ). source: Alain Choubard: les monuments aux morts sculptés en France

 

 Monument non clos début des années 1920.

Monument aux morts bisMonument aux morts bis

Souscription

                                                                                           Session ordinaire de Mai 1921

               L'an mil neuf cent vingt et un, le seize Mai à 9 heures du matin, heure légal.

              Les membres composant le conseil municipal se sont réunis au lieu ordinaire de leurs séances.

              Etaient présents: M. Fournier, Labarre, Noblet, Desbordes, Giraud, Morat, Dussaut,Bébon, Gansoinat,Boursault,Dufour, Chatelet, Pitiot, Bujon, Maugenest ,Guéraud.

                   Le conseil;

                   Vu les articles 525 et 560 du décret du 31 mai 1862 sur la comptabilité publique;

                   Mr le Président propose au Conseil de faire une souscription pour le monument aux morts pour la France.

                   Le Conseil , après en avoir  délibéré,

                    Considérant que cette souscription serait utile pour achever les travaux du dit monument, approuve la proposition de son Président.

              Source: Archives mairie

 

plan du monument aux morts

face avant

Plan du monument aux morts face avant

face latérale

Plan du monument aux morts face laterale

 Plan de l'entourage du monument aux morts.

P1020893bis

source : archives municipales

Inauguration du monument

 

 

  Le dimanche 27 septembre 1925, a eu lieu à Préveranges, l'inauguration du monument élevé à la mémoire des 90 enfants de la commune morts pour la France.

La cérémonie officielle fut précédé d'une messe solennelle , dite par M.l'abbé Raffinat , le très distingué curé de la paroisse . L'église brillament illuminée, ornée de plantes vertes et drapeaux était beaucoup trop petite en la circonstance, pour conteneir la foule . Le coeur des jeunes filles interprétra "Gloire à vous, martyrs de la France", de l'abbé Laurent et " Les martyrs " de Gounod. En une allocution improvisée, M.  l'abbé Bourbier, aumônier au lycée de Châteauroux, évoquant les souffrances et la mort sublime de nos soldats,sût tirer une émouvante leçon qui fit couler bien des larmes dans l'assistance.

Après l'absoute, donné au catafalque recouvert du drapeau tricolore, on se rendit au pied du monument érigé sur la place de l'ancien cimetière , où, après la bénédiction, M. le curé récita le " De profundis " à l'intention des soldats et des défunts de la paroisse.

M. Labat, président du comité, fit remise du monument à la commune. Quelques discours furent prononcés, notamment par M.le Maire, M. Maingard,secrétaire général de la préfecture, M.Massé député du Cher, M.Amicheau conseiller général du canton. Un banquet de 80 couverts,servi à l'hotel Randin où était réunis les parlementaires, le conseil municipal et les invités de la commune clotura cette manifestation patriotique .

Source: Le Petit Berrichon du 3 octobre 1925

 

 

 

 

 

 

 

 

Mémoire de Marion CASSORE et Pauline LE ROY - mai 2015